Background du site auxBulles.com
Les articles les plus récentsPlus d'actualités... | Abonnez-vous!

La photo du jour

Autour du Bassin Les Catégories Vos Passions Vos Galeries Nos News Pour Approfondir Suivez-Nous ! Partagez !

Le Vendée Globe 2012-2013

La rétrospective et les temps forts de cette 7ème édition
Edition de tous les records avec le plus jeune vainqueur, le plus petit écart entre les deux premiers, deux skippers sous les 80 jours, le plus petit écart entre le premier et le dernier, ... le Vendée Globe 2012-2013 a tenu le public en haleine pendant 104 jours. Retour sur les temps forts de la plus grande course autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance !
Après un départ sous la pluie des Sables d'Olonne, le samedi 10 novembre 2012 de la 7ème édition du Vendée Globe, les concurrents se sont élancés pour un tour du monde à la voile, en solitaire, sans escale et sans assistance. Mais revenons quelques instants avant le coup d'envoie ! Son bateau endommagé, un concurrent est déjà de retour à son ponton en espèrant repartir au plus vite. Trop pressés de partir et d'en découdre, cinq concurrents franchissent la ligne trop tôt et retournent à la case départ ! Enfin, quelques heures après le départ, Marc Guillemot est contraint à l'abandon après avoir perdu sa quille. Le Vendée Globe compte alors son premier abandon !
Départ de la 7ème édition du Vendée Globe aux Sables d'Olonne. Départ de la 7ème édition du Vendée Globe aux Sables d'Olonne.
Une vague d'abandons
François Gabart prend rapidement la tête de la flotte dans une mer difficile. Mais le Vendée Globe essuit une vague d'abandons suite à des collisions avec des chalutiers, Kito de Pavant entame la dance suivi par Louis Burton. Pendant ce temps, la flotte maintient son rythme imprimé par le leader. Mais la liste des abandons s'allonge à nouveau avec Samantha Davies suite à un démâtage. Après une semaine de course, la flotte du Vendée Globe a déjà perdu 20% de son effectif, triste record !
Changement de leader au large des Canaries avec Le Cléac'h qui reprend les rennes de la course à une courte encablure devant ses poursuivants. Mais rien ne va plus, après avoir retrouver des conditions de navigation plus agréables, Jérémie Beyou casse son vérin de quille et abandonne deux jours plus tard puis c'est au tour d'Alex Thomson de casser sa barre de liaison de safran mais il parvient à la réparer sans perdre trop de terrain. Au même moment, Javier Sanso doit monter dans le mât pour réparer son rail de grand voile. La flotte est maintenant scindée en trois groupes : les favoris (Le Cléac'h, Gabart, Dick, Stamm, Riou, Thomson), les outsiders vite baptisés les « Tontons flingueurs » (Golding, Wavre, Le Cam), et les « retardataires » (Boissières, de Lamotte, Sanso, Gutkowski, de Broc, Di Benedetto).
Le pot au noir à l'horizon
Le fameux pot au noir se profile déjà à l'horizon et par la même réduit les écarts en tête de la flotte au point que certains bateaux vont naviguer à vue et se tenir en moins de trois milles pendant plusieurs heures ! Après plusieurs jours d'une trajectoire surprenante, Zbigniew Gutkowski, en proie à d'insolubles problèmes de pilote, jette l'éponge alors qu'Armel Le Cléac'h s'extirpe le premier du pot au noir et franchit l'équateur en tête. L'anticyclone de Sainte-Hélène, placé très au sud, oblige un large contournement par l'ouest pour les premiers.
Vincent Riou entre en collision avec un OFNI, une grosse bouée métallique dérivante et malgré une tentative de réparation, le skipper doit se résoudre à abandonner. Les premières grandes stratégies se dessinent avec des concurrents qui s'éloignent de la route directe en plongeant vers le sud alors que d'autres poursuivent sur la route directe.
Un chassé croisé en tête de la course
Un chassé croisé de leaders s'effectue en tête de la course mais c'est François Gabart qui passe en tête la première des huit portes des glaces, disposées par la direction de course par points GPS et à intervalles réguliers dans le Grand Sud pour éviter aux concurrents toute collision avec des icebergs. La course voit alors se dérouler un moment fort avec Jean Le Cam qui décide de plonger pour libérer la quille de son bateau de l'étreinte d'un filet. Tentative périlleuse mais couronnée de succés ! Début décembre, Armel Le Cléac'h passe le cap de Bonne Espérance en leader et fait son entrée dans l'océan Indien !
La vitesse des leaders dans ces latitudes ventées accentue les écarts avec le reste de la flotte, qui s'étend désormais sur près de 2 200 milles. Avec le passage de la deuxième porte des glaces, la porte de Crozet, les conditions météo se prêtent aux records de vitesse. Au jeu de la vitesse, c'est François Gabart qui se montre le plus véloce et explose le record des 24h en parcourant 534,48 milles. Il en profite pour reprendre la tête et, deux jours plus tard, signe un nouveau record, celui du meilleur temps réalisé entre les Sables d'Olonne et le cap Leeuwin ! Le duel avec Le Cléac'h prend des allures de match-race tant la distance entre les deux leaders est infime à l'échelle du Vendée Globe.
Gabart est le premier à faire son entrée dans l'océan Pacifique et l'avance continue de s'accroître pour les deux leaders. Bernard Stamm, à court d'énergie, ne peut envisager la traversée du Pacifique et est obligé de se dérouter pour tenter de réparer ! Finalement, passé le Cap Horn il abandonne victime d'une nouvelle collision qui le prive à nouveau de générateur d'énergie !
Le cap Horn et la remontée de l'Atlantique
Après le franchissement du cap Horn, la route est encore longue et les concurrents vont rapidement affronter des vents de 45 noeuds et des creux de 6 mètres. Des problèmes matériels vont ralentir Jean-Pierre Dick comme Armel Le Cléac'h. François Gabart maintient quant à lui son avance même si elle se réduit lors la traversée du pot au noir au retour.
L'arrivée de François Gabart sur Macif aux Sables d'Olonne, premier au classement final du Vendée Globe 2012-2013. L'arrivée d'Armel Le Cléac´h sur Banque Populaire aux Sables d'Olonne, second au classement final du Vendée Globe 2012-2013.
Arrivée du vainqueur
Le 27 janvier 2013, à 15h18, François Gabart franchit la ligne d'arrivée et entre en grand vainqueur dans le chenal des Sables d'Olonne, au terme d'un incroyable duel qui aura duré 78 jours 02 heures 16 minutes et 40 secondes pour être précis, soit 28 646 milles parcourus à la moyenne ahurissante de 15,3 noeuds. Trois heures et dix-sept minutes plus tard seulement, Armel Le Cléac'h boucle également son tour du monde, juste à temps pour entrer dans le chenal, encore tout chaud des acclamations d'un public venu très nombreux. Cette journée historique voit les arrivées successives de deux jeunes surdoués, premiers marins à boucler un tour du monde sur un monocoque en solitaire en moins de 80 jours. Deux jours plus tard, Alex Thomson complète le podium au terme d'une magnifique performance sur un voilier de la génération précédente, mis à l'eau en 2007. Au final, sur vingt concurrents alignés au départ, ils seront onze à franchir la ligne d'arrivée !
Classement final du Vendée Globe 2012/2013
  1. François Gabart (FRA) sur Macif en 78j02h18min
  2. Armel Le Cléac´h (FRA) sur Banque Populaire en 78j 05h 33min (+3h17min)
  3. Alex Thomson (GBR) sur Hugo Boss en 80j 19h 23min (+2j 13h 49min)
  4. Jean-Pierre Dick (FRA) sur Virbac-Paprec 3 en 86j 03h 03min (+8j 00h 47min)
  5. Jean Le Cam (FRA) sur SynerCiel en 88j 00h 12min (+9j 21h 56min)
  6. Mike Golding (GBR) sur Gamesa en 88j 06h 36min (+10j 04h 19min)
  7. Dominique Wavre (SUI) sur Mirabaud en 90j 03h 14min (+12j 00h 58min)
  8. Arnaud Boissières (FRA) sur AKENA Vérandas en 91j 02h 09min (+12j 23h 52min)
  9. Bertrand de Broc (FRA) sur Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets en 92j 17h 10min (+14j 14h 53min)
  10. Tanguy de Lamotte (FRA) sur Initiatives-Coeur en 98j 21h 56min (+20j 19h 39min)
  11. Alessandro Di Benedetto (FRA-ITA) sur Team Plastique en 104j 02h 34min (+26j 00h 17min)
Vos commentaires