Background du site auxBulles.com

Les articles les plus récents

Plus d'actualités... | Abonnez-vous!

La photo du jour

Bassin de JardinSportVos GaleriesNos NewsPour ApprofondirSuivez-Nous !

Les barotraumatismes
en plongée sous marine

Les barotraumatismes, encore appelés accidents mécaniques regroupent les accidents de plongée sous marine liés aux effets directs de la variation de pression sur les volumes de gaz renfermés par le corps humain.
En surface règne la pression atmosphérique qui s'exerce sur l'ensemble de notre organisme pour aboutir à un équilibre. En plongée sous-marine, après l'immersion lors de la descente, notre organisme est toujours soumis à la pression atmosphérique mais également à la pression de l'eau qui augmente de 1 bar tous les 10 mètres. Alors que la pression en surface est de 1 bar, valeur de la pression atmosphérique, celle-ci est de 2 bars à 10 mètres et de 3 bars à 20 mètres etc...
La zone des 10 mètres, une zone critique
Par la même occasion, nous voyons que la pression double entre la surface et 10 mètres de profondeur. Pour obtenir à nouveau le doublement de cette pression, nous devons descendre à 30 mètres de profondeur. En conséquence, la zone des 10 mètres est la zone où nous observons la plus grande variation de pression: elle constitue une zone critique où risque de survenir les barotraumatismes.
En plongée, nous respirons un air à la même pression que la pression ambiante qui nous entoure: c'est le role de notre détendeur! Ainsi à 10 mètres de profondeur, nous respirons un air à 2 bars. Si nous continuons à descendre, la pression continue à augmenter. Inversement, à la remontée la pression diminue pour atteindre la pression atmosphérique en surface.
A la descente comme à la remontée
L'ensemble de notre organisme est soumis à la pression de l'air, respirée à l'aide du détendeur, qui augmente à la descente et diminue à la remontée.
Lorsque les zones du corps qui renferment de l'air sont naturellement ou sont mis volontairement en communication avec les voix respiratoires, il s'établit un équilibre de la pression. Par contre, lorsque ces zones d'air ne disposent d'aucune communication, elles sont alors soumises à la loi de Mariotte qui nous rappelle que le volume diminue si la pression augmente et inversement le volume augmente si la pression diminue.
Tout comme un ballon, les zones d'air fermées de notre organisme ne peuvent augmenter ou diminuer de volume sans provoquer des douleurs voire des lésions irréversibles sur notre organisme. Ces traumatismes dus à la pression et subits par l'organisme sont appelés barotraumatismes.
Les barotraumatismes surviennent aussi à la descente qu'à la remontée
Les barotraumatismes peuvent survenir aussi bien à la descente comme à la remontée.
La zone de l'organisme concernée détermine le type de barotraumatisme
En fonction de la zone du corps concernée, nous pouvons distinguer:
  1. Le barotraumatisme des oreilles
  2. La surpression pulmonaire pour les poumons
  3. Le placage du masque pour l'air contenu dans le masque
  4. Le barotraumatisme des sinus
  5. Le barotraumatisme des dents
  6. Le barotraumatisme des intestins et de l'estomac également appelé la colique du scaphandrier