Background du site auxBulles.com
Les articles les plus récentsPlus d'actualités... | Abonnez-vous!

La photo du jour

Autour du Bassin Les Catégories Vos Passions Vos Galeries Nos News Pour Approfondir Suivez-Nous ! Partagez !

Les plantes à fleurs marines

Les herbiers de posidonies
les phanérogames marines Elles font partie des Plantes supérieures ou Cormophytes (par opposition aux Algues : Thallophytes). Elles possèdent des fleurs et des graines : ce sont des Phanérogames (par opposition aux mousses et aux fougères qui sont des Cryptogames ou plantes sans fleurs). Les graines mûrissent dans une cavité close qui se transforme en fruit : ce sont des Angiospermes (par opposition aux Gymnospermes dont les graines sont à nu). Leur embryon n’a qu’un seul cotylédon, ce sont des Monocotylédones (par opposition aux Dicotylédones). Elles dérivent de plantes de marais de type roseaux ou joncs qui ont réussi à recoloniser le milieu marin dès l’ère secondaire. Il en existe une quarantaine d’espèces dans le monde, tropicales pour la plupart. Zostera en Atlantique, Cymodocea et Posidonia en Méditerranée sont les genres les plus importants. Ces plantes photophiles s’installent sur les substrats meubles et riches en matière organique entre la surface et 20 à 30 m de profondeur (jusqu’à 40 m en eau claire en Méditerranée). Un rhizome (tige souterraine) horizontal leur permet de s’étaler. Sur ce rhizome bourgeonnent de petits rhizomes verticaux permettant de rejoindre la surface du sédiment. A partir de ces derniers se développent des faisceaux de feuilles rubanées, à nervures parallèles (caractéristiques des Monocotylédones), qui forment de véritables prairies sous-marines ou « herbiers ». Ces feuilles sont caduques et chutent à la fin de l’automne. La reproduction des phanérogames marines est essentiellement asexuée par croissance des rhizomes. La reproduction sexuée existe mais se produit de façon irrégulière. Les fleurs sont rares et discrètes. Les herbiers, avec leur flore et leur faune associées sont des milieux très productifs. Ils jouent un rôle important dans l’équilibre écologique des milieux marins et tout particulièrement en Méditerranée. zostères cymodocées posidonies Ces floraisons sont rares et la propagation de l'espèce est principalement assurée par des boutures naturelles, fragments de rhizome arrachés par les vagues et entraînés en profondeur par les courants. Elle est à la Méditerranée ce que la forêt est aux continents : grâce à ses pigments chlorophylliens et à son étendue elle produit des quantités importantes d’oxygène. Sa production primaire (quantité de matière organique produite) est la plus forte de tous les peuplements méditerranéens et du même ordre de grandeur que celle des cultures de céréales. Cet écosystème marin est remarquable d'un point de vue biologique (les herbiers servent de refuge et de « nurseries » à de nombreuses espèces animales) et physique (par leur haute et épaisse frondaison, ils amortissent les houles et piègent les sédiments). L'herbier est un milieu d'une rare richesse, abritant un très grand nombre d'espèces d'algues, d'invertébrés et de poissons. Ces espèces trouvent dans l'herbier nourriture et abri. Au total, 400 espèces d'algues et plusieurs milliers d'espèces animales vivent dans l'herbier Les longues feuilles de la Posidonie multiplient en effet la surface initialement disponible au sol par 20 à 50. Ainsi, sur 1 m² de sol, les végétaux et animaux fixés disposent de 20 à 50 m² pour s'accrocher. Les feuilles sont couvertes de petites algues qui accèdent ainsi à la lumière et de petits invertébrés filtreurs fixés : hydraires, ascidies, vers, bryozoaires. Ils sont ainsi exposés à la masse d'eau et filtrent les particules en suspension. Ces organismes épiphytes sont la proie d'autres petits invertébrés : petits mollusques gastéropodes et crustacés. Le feuillage agit comme un rempart au courant et, freinant la masse d'eau, occasionne la chute des particules en suspension. Ces éléments profitent à d'autres filtreurs plus imposants : spirographes, grosses ascidies, coquillages bivalves enfouis dans le sédiment, nombreuses éponges. seagrass les herbes de mer Comme toutes les plantes que nous connaissons à terre, les phanérogames se nourrissent en puisant dans le sol, à l’aide de leurs racines, les nutriments nécessaires à leur vie. Comme tous les végétaux photosynthétiques, elles ont besoin de lumière. Proches des Iris et autres plantes terrestres à rhizomes, les phanérogames possèdent deux moyens de se « reproduire » : rhizome verticaux pour la recherche de la lumière et contre l'ensevelissement rhizome horizontaux pour la colonisation substrat meuble la fin de l'étage infralittoral marque la limite inférieure des phanérogames

Nos fiches

Vos commentaires