Background du site auxBulles.com
Les articles les plus récentsPlus d'actualités... | Abonnez-vous!

La photo du jour

Autour du Bassin Les Catégories Vos Passions Vos Galeries Nos News Pour Approfondir Suivez-Nous ! Partagez !

La bonellie verte

[Bonellia viridis]

Classification

Morphologie

La bonellie verte appartient à l'embranchement des échiuriens qui constituent un regroupement de vers marins à part.
Compte tenu du dimorphisme sexuel, la femelle et le mâle présentent une morphologie totalement différente ! Le corps de la femelle se présente comme une longue saucisse allongée d'une dizaine de centimètres en moyenne et dont la bouche se prolonge par une trompe extensible qui se termine par une fourche en forme de T. Le mâle est quant à lui en forme d'ovoïde et mesure à peine quelques millimètres de longueur.
La bonellie produit une substance chimique, le « bonellin », un pigment de couleur vert vif, qui lui donne sa couleur générale.
La femelle bonellie ne laisse apparaitre que sa trompe extensible qui se termine par une fourche en forme de T !
La bonellie est capable d'étirer sa trompe jusqu'à 2 mètres de longueur !

Répartition géographique

La bonellie verte se rencontre dans les eaux de la mer Méditerranée et dans la zone orientale nord de l'océan Atlantique.

Habitat

La bonellie verte vit posée sur les fonds, son corps à l'abri d'une anfractuosité rocheuse et plus rarement enfoui dans le sable. Le mâle vit quant lui fixé sur la femelle. La bonellie se rencontre jusqu'à une quarantaine de mètres de profondeur.

Alimentation

Pour se nourrir, la bonellie étire sa trompe à l'extérieur de la cavité où elle vit et tel un aspirateur elle explore les environs de son abri dans un grand rayon d'action à la recherche de détritus organiques.

Reproduction

La principale caractéristique de la bonellie verte est son dimorphisme sexuel : la taille de la femelle est démesurée comparée à celle du mâle. D'ailleurs, le mâle vit en symbiose accroché à la femelle.
Le sexe de la bonellie n'est pas déterminé à la naissance. Après une brève existence planctonique, les larves se déposent sur le fond. Si elles échouent dans le rayon d'action de la trompe d'une femelle et qu'elles finissent par rencontrer celle-ci alors ce sera un mâle sinon une femelle !
La larve se fixe sur la trompe avant de migrer vers l'intestin et l'utérus de la femelle pour féconder à vie les ovules et devenir de vrais esclaves sexuels au service de la femelle. Bien souvent une femelle héberge un grand nombre de mâle !

Le saviez-vous ?

La bonellie est capable d'étirer sa trompe jusqu'à 2 mètres de longueur.
Le pigment vert de la bonellie possède des propriétés thérapeutiques auxquelles s'intéressent les chercheurs en médecine.

Conseils pour l'observation

Aucune chance d'observer au cours de vos plongées sous marines une bonellie mâle dont la taille est minuscule et qui plus est, vit à l'intérieur de l'utérus de la femelle. Autant dire, vous l'avez surement compris, que toutes les bonellies que vous rencontrerez lors de vos plongées sous marines sont des femelles !
Par ailleurs, vous ne pourrez voir le plus souvent qu'une partie de son anatomie, en l'occurrence la trompe qui s'étire sur le fond et forme un T. Le reste du corps de la femelle est quant lui bien à l'abri dans une anfractuosité rocheuse ! Attention, au moindre contact avec la trompe, elle se rétracte aussitôt !
Vos commentaires